ENTREZ DANS CET UNIVERS.... MEME SI VOUS NE CROYEZ EN RIEN ... LE BIEN ETRE .... LE DEVELOPPEMENT DE SOI... LA SPIRITUALITE... LES ANGES , LE MONDE DE L'INVISIBLE. L'UNIVERS INFINIE. VENEZ JUSTE VOUS Y REPOSEZ UN INSTANT...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Légendes Urbaines....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Les Légendes Urbaines....   Ven 6 Nov - 19:48

Une legende urbaine c'est quoi ??

Histoire étrange et spectaculaire apparemment véridique souvent inspirée d'un lointain fait divers qui fait le tour du monde circulant de bouche à oreille, par courriel ou via Internet. Qui est racontée de bonne foi par des gens sincères, déformée ou amplifiée par chaque narrateur


Ces histoires abracadabrantes qui alimentent les conversations se propagent à une vitesse phénoménale, surtout depuis l'arrivée d'Internet. Elles traversent les frontières, au gré des cultures des moeurs ou de la géographie, afin de préserver un semblant de vraisemblance. Ce phénomène fascinant des légendes urbaines est crées par la peur de la nouveauté et la peur de l'autre. Elles permettraient selon certains d'exorciser les angoisses qu'entraîne une modernité qui nous dépasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Bloody Mary   Mer 11 Nov - 21:47

La légende de Bloody Mary (la Vierge sanglante) veut que lorsqu'on est dans une pièce sombre, devant un miroir éclairé à la chandelle et que l'on prononce "Bloody Mary" treize fois de suite, un visage de femme ensanglantée fait son apparition dans le miroir pour parfois s'attaquer à ceux qui l'ont appelé.


Plusieurs façons différentes d'invoquer cette mystérieuse femme semblent d'ailleurs exister. La façon la plus populaire reste quand même la suivante:
S'enfermer dans une salle de bain munie d'un grand miroir, y éteindre les lumières pour s'y retrouver dans la noirceur complète et allumer deux bougies que l'on placera de chaque côté du miroir. Fixer le miroir très attentivement, droit dans les yeux de votre propre réflexion. Débutez ensuite à prononcer à voix très basse et très douce, voire presqu'invitante, le nom de "Bloody Mary" puis commencez à tourner sur vous même. Tout en continuant de tourner, prononcer le nom de l'esprit de plus en plus fort, presque comme dans un chant, pour que vers la treizième fois, vous l'imploriez, presqu'en criant. À chaque tours sur vous même, fixer le miroir en passant. Au treizième tours, votre réflexion sera maintenant celle de la Vierge sanglante


À ce qu'on dit, elle est vraiment effrayante, son visage recouvert de sang et ses mains devant elle qui cherchent à vous prendre. Pour quelques croyants, cette femme ne veut que vous effrayer en bondissant de l'avant, vers vous. D'autres affirment que la Vierge sanglante vous attaque littéralement, vous laissant vous aussi en sang si vous ne vous échappez pas à temps.


Tout ceci n'était qu'une légende quand une dame célibataire voulu mettre fin aux rumeurs et annonça qu'elle invoquerait Bloody Mary.

Le lendemain, on la retrouva poignardé dans sa salle de bains...............


Cette légende a tellement été prise au sérieux qu'en 1978, aux États-Unis, la folkloriste Janet Langlois décida d'écrire un essai sur cette histoire. On l'utilise encore dans certains cours universitaires sur les légendes urbaines en Amérique. Le film CANDYMAN est d'ailleurs basé sur cet essai.


Une autre croyance, adapté pour les plus braves, est celle de provoquer l'apparition de Bloody Mary en ajoutant à son nom la phrase suivante: "Bloody Mary, I killed your baby!" (Vierge sanglante, j'ai tué ton enfant). Cependant, on raconte qu'une telle invocation provoque une attaque de l'entité. Une attaque sauvage et sans merci.


Plusieurs pensent que Bloody Mary est la Vierge Marie en personne venue vous avertir de ne pas jouer avec son nom, ni le nom de son Fils, Jésus.
D'autres racontent qu'elle serait une sorcière jadis brûlée vif par les habitants de son village pour sorcellerie et que quiconque invoque son nom sera frappé par la malédiction dont elle menaça ceux qui l'ont brûlée.
Une minorité disent que c'est l'esprit d'une femme décédée avec son fils dans un accident d'auto quand la voiture s'enflamma, laissant sans vie la mère et le petit.
La dame décida de vivre à jamais dans les miroirs, pour se venger de ceux qui ont tué son enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: L'Accident de Voiture   Mer 11 Nov - 21:58

Après s'être disputée avec ses parents concernant une fête a laquelle elle ne pouvait pas assister, une jeune fille décida malgré tout d'y aller. Elle partit de chez elle par la fenêtre de sa chambre.
Arrivée là-bas, elle fit la connaissance d'un jeune homme qui lui proposa de se rendre à une autre fête, plus intéressante que celle-là.
Arrivés, le jeune homme se mis a boire plus que de raison, et la jeune fille lui demanda de la raccompagner à la première fête.
Sur le trajet, une terrible accident se produit. Lorsque la jeune fille se réveilla, elle était dans un lit d'hôpital.
Une infirmière lui annonça que son ami était décédé, ainsi que les deux passagers de l'autre voiture. Sentant que la mort arrivait, la jeune fille demanda a une infirmière de dire à ses parents qu'elle était désolée de leur avoir désobéit.
Quelque instant plus tard, la jeune fille mourut.
Lorsque des amis de la jeune fille se rendirent à l'hôpital juste après l'accident, un d'eux demanda à l'infirmière, si elle avait laissé un message pour ses parents, cette dernière répondu que non.
Intrigué par sa réponse, une autre infirmière demanda à sa collègue pourquoi elle avait menti. Elle lui répondit qu'elle ne savait pas quoi leur dire, car les gens dans l'autre voiture étaient les parents de la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: La Maison Hantée   Mer 11 Nov - 22:02

Les manifestations surnaturelles modernes présentent les mêmes caractéristiques que celles d'antan.
En 1981, une équipe de parapsychologues de l'institut de parapsychologie de Fribourg a étudié un cas à Mulhouse :
Bruits de coups, déplacements de tapis et de mobilier, livres inversés.
Les spécialistes mirent en œuvre un impressionnant arsenal technologique. Un radar devait déclencher une caméra à haute fréquence dès qu'un objet se déplaçait de lui-meme.
La caméra se mit en marche plusieurs fois alors qu'aucun objet n'avait bougé. Le déclencheur de la caméra fut probablement soumis à un effet psychokinétique.
Des graffitis géométriques apparurent sur le sol de la maison et sur divers bouts de papiers.
En état de transe, la maîtresse de maison avait des visions relatives à la cave. L'inspection de la cave fut décidée, mais il fut impossible d'ouvrir la porte car le sol de terre battue s'était élevé d'une dizaine de centimètres.

Les manifestations ne cessèrent que lorsque la famille déménagea pour la Guadeloupe.
Quelques curieux phénomènes se manifestèrent alors dans le nouveau logement, ce qui prouve que la maîtresse de maison en était bien l'origine inconsciente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: La Dame Blanche   Mer 9 Déc - 20:15



La dame blanche.

Il existe plusieurs versions de la dame blanche. Il faut tout de même savoir que la dame blanche est originaire de notre bonne vieille France, et que ses apparitions remontent très tôt dans le Moyen-Age. La version la plus connue c'est tout de même celle-ci qui a eu lieu il y a un peu plus de 30 ans...


Un jeune couple qui venait de se marier quitte la fête, et roule à toute allure vers l'hôtel pour y passer leur première nuit ensemble. La fête battait son plein, et le jeune homme au volant est plutôt joyeux... Mais dans un virage, leur voiture s'écrasa au fond d'un fossé. Le jeune marié n'y survivra pas, et sa femme a été portée disparue. Depuis ce tragique accident, on dit que tard le soir, on peut apercevoir une dame vêtue de blanc (d'où le nom, pour ceux qui n'avaient pas fait le rapprochement) aux abords d'un tournant, qui attend son mari. Il paraît que si vous la fixez, elle vous emportera avec elle et vous tuera, peut-être pour remplacer son amour perdu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: une photo   Mer 9 Déc - 20:17



Rares sont les photographies montrant clairement un fantôme. Encore plus rares sont les fantômes s'affichant sans gêne au bras de deux jeunes filles !

On peut avoir les pieds sur terre et croire au fantômes. C'est ce que doivent aujourd'hui penser Jenny et Stephanie, deux bonnes copines de fac.
En effet, alors qu'elles se promenaient tranquillement avec un de leur ami, elles décident de prendre quelques photos avec l'appareil intégré dans le nouveau téléphone portable Nokia de Jenny.

Rien de plus banal qu'une petite photo donc...
Ce qui l'était moins c'est la sensation physique de Jenny qui a la curieuse impression d'être suivie depuis plusieurs minutes.
Elle affirme même à Stephanie qu'elle a senti quelqu'un lui prendre la main.
La conclusion tombe vite : cela doit être la petite brise légère qui souffle par moment.

Pourtant, en regardant les premiers clichés, nos deux amies sont un peu déçues.
Des sortes de parasites s'affichent sur l'écran du petit Nokia.
Comme des traces de lumières, devant leur visage, puis au-dessus de leur tête.
Mais une photo retient particulièrement leur attention.
A LEUR IMMENSE SURPRISE, CELLE-CI MONTRE COMME UNE SORTE DE BRAS TENANT JENNY !!

En rires et émotion, elles se précipitent chez elles, basculent cette photo sur leur PC et font un agrandissement.
Imaginons leur étonnement devant cette photo montrant clairement une entité non identifiée, un fantôme presque en chair et en os !...

Les professeurs de physique et de chimie qui ont étudié de près cette prise de vue inédite n'en reviennent pas non plus et ne trouvent aucun trucage, aucune manipulation.
Des centaines de photos sont alors prises avec le téléphone. Sans plus de succès puisque le fantôme mystérieux ne se montre plus.

Le Nokia est alors racheté par la fac et analysé, ouvert, démonté mais ne révèle pas ses secrets puisque aucun défaut n'est trouvé.

Mystère d'une vie parallèle ou problème technique ? Pour l'instant, cette photo reste une des rares cas dont la solution échappe à tout le monde.
Il n'y a pas eu trucage, voilà la conclusion.

Mais s'il n'y en a pas, que voyons-nous sur ce cliché ?... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Poltergeist   Mer 9 Déc - 20:18

Nous sommes en 1977 dans la petite ville d'Enfield en Angleterre. Après un divorce la famille Harper composer d'une mère et de ses 4 enfants vit tranquillement dans une maison .
Tout commence pour la famille Harper le 30 août lorsque dans la chambre de Pete et Janet âgé respectivement de 10 et 11 ans, le lit des deux enfants se met à bouger. Le lendemain la commode de leurs mère se déplace légèrement, d'environ 50 cm. La mère paniqué fait venir des voisins qui entende des bruits étranges...
La nuit suivante plusieurs jouets et objets sont projeter dans la chambre des deux enfants sans que personne n'y ait touché. La famille prévient la police qui sera témoins de ces étranges événement, la femme agent de Police Carolyn Heeps raconte qu'elle a vu des chaises se déplacer. On verra des livres s'envolé des étagère et l'on entendra à plusieurs reprise une voix rauque au dessus du lit de Janet.

La presse apprend l'affaire grâce à des proches de la famille, qui par l'intermédiaire du Daily Miror contacte alors la Society for Psychical Research.
Cette association va alors envoyé l'un de leur spécialiste Maurice Grosse. Un second investigateur les rejoindra, Guy Playfair.
Les phénomènes continue, la famille et les deux personne de l'association sont témoin de déplacement d'objet, de chaise, un radiateur est arraché du mur, la fille Janet lévite a plusieurs reprises, plusieurs photos seront prisent pendant toute l'enquête.Les experts ne purent pas mettre en doute l'authenticité de la voix. Ils dissimulèrent des caméras et purent filmer tout ces événements.
Les deux enquêteurs finissent par entrer en communication avec l'entité qui leur affirme qu'elle a vécu dans ce lieu depuis 30 ans et qu'elle refusait de partir. La fille Janet est la plus touché par le phénomène et semble possédé par moment par cet esprit.
Les enfants voient des silhouettes la nuit, des ombres comme si il y avait du monde dans la pièce. En décembre l'entité reprend la parole pour siffler et aboyer, il dit se nommer Joe Watson.

Le temps passe et les phénomènes continuent, plusieurs incendie se déclenchent dans des tiroirs, les murs se couvrent de graffitis obscènes...
Plusieurs médiums viendront pour essayer de calmer les esprits perturbé...
Et ce n'est que vers 1979 que les événement prirent fin, ils diminuaient en intensité après que Janet parti quelques temps à l'hôpital pour finalement disparaîtrent quelques temps après.
On ne sait jamais vraiment ce qui se passa, la famille refusa d'en reparler. Peut être un esprit tourmenté, peut être la frustration de la jeune fille a cause du divorce de ses parents, en effet les poltergiests apparaissent souvent avec des jeunes filles qui ont des problèmes enfermé en elle...
En tout cas les documents, les témoins tout laissent à pensé qu'il s'est passé vraiment ces années là, dans cette petite ville des phénomènes bien étrange...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Jack L'Eventreur   Mer 9 Déc - 20:20

Nous sommes en 1888, le 31 août pour être précis, à WhiteChapel un des quartiers Est de la ville de Londres capital du Royaume Uni.
Il est aux environs de 3h du matin lorsque Ann « Polly » Nichols rencontra son destin en croisant l'un des plus célèbres, l'un des plus mystérieux tueur en série de l'histoire, en effet, cette nuit là elle croisa le chemin de celui que l'on appellera plus tard Jack l'éventreur...

A cet époque les gens de ce quartier était pauvre, et devait travailler hommes, femmes, et enfants pendant presque 12h de suite pour espérer tout juste gagner de quoi se nourrir. Dans cet enfer au quotidien, certaine femmes en arrivaient à vendre leurs corps pour gagner un peu plus d'argent, c'est dans cet univers horrible qu'une des plus grande affaire de meurtre en série non résolu se déroula.

Ses victimes :
toutes des prostituées londoniennes.
Mary Ann Nichols, la nuit du 31 Aout 1888
Annie Chapman, 7 Septembre
Elizabeth Stride, 29 Septembre
et Catharine Eddowes, le 29 également
Mary Jane Kelly, le 9 Novembre.

Les cinq victimes toute prostituées au moment des faits subirent d'atroces mutilations. Les faits et les analysent récente montrent qu'elles ont d'abord été étrangler contrairement à ce que l'on pense, on a trouve des traces de pouces sur la mâchoire et le coup, ce qui explique aussi pourquoi on trouvait rarement beaucoup de sang près des victimes. Il semble qu'en fait les blessures fait au coup avec le couteau si profonde serait du au fait que l'éventreur cherchait à décapiter la victime sans doute pour partir avec la tête comme trophée. Dans tout les cas il repartait avec généralement l'utérus de sa victime et pour la dernière le coeur.

ASPECTS ETRANGES ET CONTRADICTOIRES DE JACK :

Magicien, il effectuait ses meurtres en fonction du calendrier lunaire, comme pour satisfaire à quelque rituel païen.
Scientifique, il découpait ses victimes avec une rigueur et une compétence qui ont porté de nombreux observateurs à affirmer qu'il devait être chirurgien.
Fou furieux, il a massacré sa dernière victime d'une manière indescriptible. Il l'a démembrée, éviscérée, il en a éparpillé des morceaux dans toute la pièce.

Son surnom lui vient des lettres, écrites à l'encre rouge car le sang coagulait, envoyées pour narguer la police. "Votre humble serviteur Jack l'Eventreur" c'est ainsi qu' elles étaient signées. Seulement voila, le Jack qui a signé ces missives n'était pas le tueur du quartier de Withechapel, mais... un journaliste du Star, nommé Bert, qui n'avait rien trouvé de mieux pour faire monter les tirages. Ainsi, non seulement on ignore toujours qui était le tueur, mais on ne peut même plus dire que ce fut Jack l'Eventreur.

QUESTIONS SANS REPONSE :

Pourquoi, après cinq crimes en seulement deux mois, le tueur s'est il brusquement et définitivement arrêté? Personne n'a jamais pu l'expliquer. La seule hypothèse qu'on ait pu formuler est qu'il soit mort. D'une part, cela oblige à admettre une coïncidence: ce décès juste après le début de son oeuvre macabre et non avant ni longtemps après. D'autre part, cela rend encore plus mystérieux l'échec de son identification. On devrait le trouver parmi les anglais morts fin 1888.
Etait ce un notable? C'est ainsi que l'on se plaît à expliquer l'échec de la police. La thèse du complot a toujours été populaire, de Néron à Gilles de Rai, les puissants se sont vus chargés de crimes effroyables sur des présomptions douteuse. Les tueurs en série sont toujours très intelligents et très difficile à dépister. Et, à l'époque, il n'y avait ni profilers, ni analyse d'ADN, ni... etc. Néanmoins, on ne peut jamais rien affirmer. La thèse du complot n'est pas toujours farfelue. Souvenons nous de la façon dont un certain LBJ, que nous ne nommerons pas, a succédé à un certain JFK en novembre 1963. A tout seigneur, tout honneur; à Withechapel, comme à Dallas, le suspect principal est tout au sommet, puisque pour beaucoup, Jack l' Eventreur n'était autre que le prince de Galles, fils et héritier du Roi d'Angleterre.

LES SUSPECTS :

Prince Albert Victor Voir cidessus.
Sir William Gull , le chirurgien de l'affaire.
Montague John Druitt, le seul dont la mort concorde avec la fin des crimes.
Dr Roslyn Dontsan, médecin sataniste!
Aaron Kosminski, identifié par un témoin, qui a refusé de témoigner.
James Maybrick,
Walter Sickert .

Célèbre parce qu'inconnu. C'est le plus célèbre des tueurs en série. Pourtant il n'a commis "que" cinq meurtres. On est loin du palmarès de ses collègues américains, comme Charles Manson ou Son of Sam. Il y a de nombreux aspects mystérieux à souhait dans la "carrière" de Jack, mais la vraie raison de sa notoriété, c'est que, lui, n'a jamais été démasqué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Es-tu contente de ne pas avoir allumer la lumière   Mer 9 Déc - 20:21

Janes vit dans une chambre avec sa colocataire Mélissa. Vers 9 heures, elle se rappelle que son livre emprunter à la bibliothèque doit être rapporter pour aujourd'hui et la bibliothèque ferme à 11 heures. Janes dit à Mélissa qu'elle doit sortir pour aller porter son livre à la bibliothèque et qu'elle sera sortie pour un moment. Elle invite Mélissa à se joindre à elle, mais celle-ci refuse prétextant qu'elle a des cours le lendemain. Mélissa demande à Janes d'éteindre la lumière en sortant car elle a sommeil. Janes sort de la chambre traverse le campus pour se rendre a la bibliothèque.

Une fois rendu elle se met à parler avec un de ses amis pendant quelques minutes pour réaliser qu'elle a oublié le livre à la chambre. Il est déja 10 heures passées et elle promet à son ami de revenir rapidemant. Quand elle arrive à la chambre, elle se rappelle que Mélissa est endormi.

Janes sait cependant exactement ou se trouve le livre, sur son bureau tous près du lit de Mélissa. Pour ne pas réveiller sa coloc, elle entre tranquillement, attrape son livre et quitte la chambre sans allumé la lumière. Elle retourne ensuite à la bibliothèque, rend le livre et ressort pour prendre une bouché avec le copain qu'elle avait laissé là quelque minute plus tôt.

Quand elle retourne à sa chambre, elle y trouve une armée de policier et une ambulance. Un policier la saisi et la conduit dans la chambre, Janes voit deux choses à ce moment qui seront gravé pour toujours dans sa mémoire : Mélissa, maculé de sang et quelque chose d'écrit avec un rouge à lèvre sur le miroir de son bureau :

" Est-tu contente de ne pas avoir allumé la lumière "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Vision Etrange   Mer 9 Déc - 20:24




Nous sommes le 23 août 1971, dans le petit village espagnole de Belmez, la famille Pereira vit tranquillement dans sa maison du 5 rue Rodriguez Acosta. Ce jour là, madame Pereira fait une étrange découverte, un visage humain se forme de façon spontané sur le sol cimenté de sa cuisine...

Maria Pereira appelle immédiatement son époux ainsi que son fils pour qu'ils puissent eux aussi voir l'apparition. Le fils, Miguel, dis qu'il voit aussi parfaitement un visage d'homme sur le sol de la cuisine, la famille quitte alors immédiatement les lieux prient de peur et en parlent à leurs voisins. Quelques jours plus tard, la famille reviens et le fils démolie la plaque de ciment, puis en refait une autre. Une semaine se passe sans nouvelle événement. Au bout de cet semaine, le visage réaparait. La famille va voir le conseil de la ville pour savoir quoi faire... Les autorités locale récupèrent le bloc de ciment. Là commence des investigations, on sait que la maison a été bâtie sur un ancien cimetière, d'abord romain, puis musulman, et finalement Chrétien. Ils creusèrent le sol pour découvrir plusieurs corps dont deux sans têtes, dont certain d'adolescents datant du 13eme siècle. Tout ces corps furent enterrer dans un cimetière catholique. Maintenant croyant que les esprits sont apaiser, ils refermèrent la cuisine, recoulèrent une dalle de ciment, et la famille revint chez elle...

Hélas de nouveau visage apparurent peut de temps après, mais cette fois plusieurs, des femmes, des hommes, des enfants... Le fils essaya de les détruire mais en vain... La population locale croie en une plaisanterie, et la police empêche la famille de rester chez elle pour voir, mais les manifestations continuent...

Début 1972, German de Argumosa and Hans Bender deux para psychologues se rendent sur les lieux, pour eux, c'est l'événement paranormal le plus important du siècle. Ils arrivèrent sur les lieux et purent observer des visages disparaître sur le sol et de nouveau réaparaitrent... Ils ne furent pas les seul témoin, plusieurs policiers, journalistes et témoins les virent aussi. Ils firent sceller la cuisine, et attendirent 3 mois, pour vérifier si ce n'était pas une plaisanterie, la salle fut diviser en section pour vérifier les variations et l'on prit de nombreuses photos. Les 3 mois passèrent, et en ouvrant on vit que plusieurs visages s'étaient déplacé de nouveau étaient apparu, Des mains et des griffes apparurent aussi. On fit des photos infra-rouges, on fit des analyses audio et aux rayon X, on ne vit aucune supercherie. Les deux professeurs amenèrent aussi des appareils d'écoute et entendirent des voix humaines, certain pensent que ces voix viennent de l'extérieur et se répercutent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: le triangle des Bermudes   Mer 9 Déc - 20:26




Vers le sud-est des Etats-Unis, au large de la côte atlantique, on aurait relevé des pourcentages étonnants de disparitions inexpliquées de moyens de transports aériens et maritimes de tout genre. Ainsi le Lieutenant Charles Taylor aurait communiqué qu'il avait perdu sa trajectoire en zone inconnue à la tour de contrôle de la station aéronavale de Fort Lauderdale et qu'il était incapable de repérer l'ouest, que le vol était en territoire restreint et qu'une « mer blanche » les envahissait. Ce ne fut pas le seul pilote compétent et expérimenté à disparaître à cet endroit et pourtant, les commissions d'enquêtes ont statués que ces disparitions n'étaient rien en comparaison des pertes enregistrées n'importe où ailleurs. Sauf que si elles sont peu nombreuses, elle restent sans explications : la plupart du temps il ne s'agit en rien d'une panne car il y a 2 compas, un de route l'autre de secours.

Autre phénomène étrange : les commissions d'enquête affirment qu'il n'y aurait pas « d'aberrations atmosphériques » dans la zone. Hors après recherches et analyses de certains plans de vol, on constate pour toutes qu'au bout de 7 à 8 secondes de vol dans la seconde, les avions piquent du nez sans raison apparente et sans laisser aux pilotes un temps de réaction possible ; de plus tour de contrôles et pilotes peuvent d'ordinaire corriger la trajectoire et redresser l'appareil hors là, la chute serait si rapide que les radars n'ont enregistré qu'un trait.

Enfin, les navires... une vingtaine de bâteaux et embarcations ont disparu sans lancer de signal de détresse, sans rien laisser derrière eux, et le dernier en date est le sous-marin atomique US Scorpion avec 100 personnes à son bord. Coïncidence ironique, depuis longtemps en arrière les eaux de cet endroit seraient vues comme malsaintes, Christophe Colomb lui-même, à bord du Santa Maria, le 11 octobre 1442 consigna des phénomènes inexpliqués à son propos.

Appelée mer des Sagasses, cet endroit aurait été localisé par des astronautes à cause de ses « trainées blanchâtres ». Cette mer a ses secrets en matière de faune marine ; la reproduction des anguilles ne passe que par elle, et certaines de ses algues sont uniques dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Enfant des Etoiles   Mer 9 Déc - 20:27





Où l'on découvre un étrange crane au Mexique...


Nous sommes dans les années 1920, une jeune fille mexicaine visitait avec ses parents un petit village rurale au sud ouest de Chihuahua, près de Mexico. Près de la se trouvait des grottes, et des tunnels d'ancienne mine, ses parents lui interdirent formellement d'y entrer, mais, comme toute les jeunes filles un peu aventurière, elle y entra...

Elle s'enfonça dans un tunnel, et dans le fond elle fit une découverte surprenante. Elle découvrit un squelette humain complet, et à coté de celui-ci, elle vit une main mal formé sortir du sol avec un bras, elle creusa un peu et trouva un squelette plus petit que le précédant et très déformé, sans doute celui d'un enfant. Elle emporta et cacha le crane déformé du petit corps durant de nombreuses années... Le crane passa de main en main pour finalement appartenir à un certain Lloyd Pye, son actuel propriétaire. Celui ci est un chercheur sur les origines de la vie, intéressé par les anciens hominidés. Pendant quatre an, lui et une soixantaine de scientifiques examinèrent le crane sous de nombreux angles afin de déterminer son origine. Dernièrement on effectua des analyses ADN de ce crane... Il fut surnommé Starchild (l'enfant des étoiles)...

Le crane ressemble de premiere abord à un crane humain, mais quand on regarde de plus près on aperçois plusieurs anomalie. La première est que les emplacements des yeux sont totalement différent de ceux des êtres humains , l'écartement est plus faible environ 3 cm au lieu de 5 et l'orbite est plus grande. Le poids est plus léger que celui d'un enfant qui aurait le même age. La forme dans son ensemble est plus aplatie à l'arrière. Le volume du cerveau est plus important, il est de 1400 centimètre cube, pour 1200 dans le cadre d'un crane d'environ la même dimension. Le conduit auditif est plus large. Le crane possède des sinus plus court que celui des humains normaux. La dimension importante et la forme légérement ovale et longue laisse à penser à ceux qui ont de l'imagination qu'il ressemble en tout point à celui d'un "gris"...

Le conclusion pour le moment sont que l'on ne sait pas à qui appartenait ce crane, on a fait des reconstitutions de son visage et de nombreuses analyses. Beaucoup pense à des malformations qui lui aurait coûter la vie ce qui explique ça mort à un jeune age. Certains pensent que cet enfant serait un hybride entre un extra terrestre et un humain, mais les récentes analysent ADN, même si elles sont controversées, démontrent que ce serait un jeune garçon humain, mais elles n'ont pas données de cause à toute ces malformations... Les recherches continuent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Amityville   Mer 9 Déc - 20:30




Les sceptiques affirment aujourd'hui que toute l'affaire n'était qu'un canular, une escroquerie perpétrée par les Lutz pour gagner de l'argent. Ceux qui croient à l'histoire disent au contraire que la thèse du canular n'a été élaborée que dans le but de décourager les hordes de curieux qui, après la sortie du livre et du film, sont venus en masse à Amityville pour jeter un coup d'œil sur l'attraction locale: la désormais célèbre "maison du diable" qui se dresse au numéro 112 d'Océan Avenue.


VOIX DE L'AU-DELÀ

Quand les Lutz emménagent avec leurs trois enfants le 18 décembre 1975, une des premières choses qu'ils font est de demander à un prêtre de bénir la maison. Au cours de la bénédiction, le prêtre aurait entendu une voix forte, venue de nulle part, lui disant simplement : "Allez-vous en ! " Mais cet épisode troublant n'était, pour les Lutz, que le début d'une série d'événements bizarres. Selon le livre de Jay Anson Amityville, la maison du diable, la maison fut remplie d'une puanteur irrespirable et la porcelaine de la salle de bains fut tachée d'un dépôt noir résistant à tous les détergents. La maison fût également infestée de centaines de mouches alors qu'on était au cœur de l'hiver.


LA MAISON DU DIABLE

Et il ne se passa pas longtemps avant que des manifestations plus graves encore ne se produisent. Un lion de céramique de plus d'un mètre de haut se mit à bouger tout seul. On trouva des empreintes de sabots fourchus dans la neige tout autour de la maison. Les traces menaient tout droit à la porte du garage qui avait été arrachée de ses gonds, une prouesse qui aurait nécessité, selon Anson, "une force au-delà de celle d'un être humain". Les Lutz arrivèrent rapidement à la conclusion que la "maison de leurs rêves" était en fait un endroit cauchemardesque hanté par des démons maléfiques.

Kathy Lutz fut la première à être véritablement terrorisée par les entités qui hantaient la maison. Des bras invisibles l'enlaçaient; des êtres tentaient de la posséder. «Toute fuite était impossible, écrivait Anson, elle avait l'impression qu'elle allait mourir. » Plus tard, des marques rouges très douloureuses apparurent sur sa peau, comme si elle avait été frappée à coup de tisonnier brûlant.

A la même période, George Lutz vécut à son tour des événements étranges. Il entendit une fanfare défiler dans la maison, avec le bruit des bottes et le son des instruments à vent. Il ne vit rien mais retrouva les tables, les fauteuils et le canapé poussés contre les murs du salon, comme pour laisser le passage à la cohorte endiablée.Par-dessus le marché, les Lutz affirment qu'ils eurent plusieurs fois la visite d'êtres démoniaques. Ces entités se manifestaient sous des formes très variées: «immense silhouette encapuchonnée de blanc», «démon cornu» ou encore «cochon diabolique» avec «deux yeux ardents ».

Puis, l'événement le plus extraordinaire, la goutte d'eau qui fit déborder le vase, eut lieu une nuit de début janvier. Cette nuit-là, George n'arrivait pas à trouver le sommeil, et après avoir décidé de sortir boire un verre, il se tourna vers sa femme pour la prévenir. A sa grande stupéfaction, elle ne se trouvait plus à ses côtés ; il leva les yeux : elle lévilait dans les airs ! Plus horrible encoie : lors-qu'il la tira par la manche pour la faire redescendre dans son lit, elle se rida et prit un instant l'apparence d'une vieille femme hideuse.

C'en était trop pour les Lutz. Ils quittèrent la maison le 14 janvier 1976. Mais, selon Thé Amityvüle Horror Part II , le cauchemar ne s'arrêta pas là. L'auteur du livre, John G. Jones, décrit la façon dont le Diable, resté «lové avec malveillance autour d'elle, la tenant sous sa coupe» poursuit la famille dans ses nouvelles demeures. En somme, Amityville, métaphore du démon, est partout.

L'histoire d'Amityville allait être la source d'inspiration de nombreux auteurs de livres d'horreur dans les années 1980. La plupart se réclament de la pure fiction, mais quelques-uns prétendent raconter la «'vraie» histoire, Toutefois, dans leur grande majorité, les spécialistes du paranormal affirment qu'il n'y a )amais eu d'histoire «vraie». Selon eux. l'affaire des Lutz serait une pure fiction d'un bout à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: La maison qui saigne   Mer 9 Déc - 20:34

Ca se passe dans la ville de Saint Quentin, une ville de 60 000 habitants prés de paris, à 2 heures de routes, dans le quartier de Remicourt dans la petite rue des canonniers la maison au numéro 21.
La maison n'était pas trop vieille, elle fût construite dans les années 70 et elle a deux étages. C'est un couple qui habitait cette maison en 1990, qui ont leur chambre est au 1er étage.
le mec lui travaillait dans un boulot d'ordinateur et il allait au boulot tôt le matin et revenait tard le soir. Sa femme était femme au foyer.
Mais 1 mois après leur emménagement ils ont entendu des bruits bizarres venant du bas de la maison.
Des bruits de casseroles, des bruits comme une craie qui grince sur un tableau, et des bruits comme des gémissements d'homme agonisants.
Ils se demander ce que s'étaient. Au début, ils ne s'inquiétaient pas trop, ils pensaient que c'était les voisins ou un truc du genre, jusqu'au jour ou la femme trouva un liquide rouge sur le mur de la cuisine, là elle a commencé a flipper ; elle a appelé son marri qui lui ne s'inquiétait pas il disait :
"ça doit être un effet de peinture qui ressort "
car en arrivant dans la maison , ils ont repeint la cuisine sur du papier peint déjà repeint. Mais au fur et à mesure, des taches apparaissaient un peut partout dans la maison et la femme qui n'osaient plus dormir a décidé d'appeler la police.
La police a pris un échantillon du liquide et il s'est avéré que c'était du sang humain. Donc le couple a décidé d'appeler la famille qui habitait ici avant eux ; c'était la famille Pironet ; c'était cette famille qui avait fait construire la maison et les Pironet, leur ont dit que ça n'était jamais arrivé quand ils habitaient cette maison.
Mais 1 an plus tard, cette maison est passée a l'émission mystères et les Pironets ont décidé de dire ce qui c'était passé, en faite il se passait les mêmes choses et comme ils voulaient vendre la maison, ils ont tout repeint et on réussit a la vendre au couple.
Ensuite ils ont appelé les Pironet qui n'ont rien dit. Les flics se sont dit ça doit être une farce ou une supercherie, alors ils ont mit de la farine partout sur le sol, ainsi que des pièges à loup et d'autre trucs, ils ont barricadé la maison pendant 1semaine pour que personne ne rentre.
Après ils sont rentrer pour la première fois depuis 1 semaine et la rien n'avait bougé pas un piège mais les murs étaient pleins de sang. Alors le couple loua un appartement pas très loin et ils ont fait venir un prêtre qui a dit que c'était l'½uvre du diable et qu'il fallait détruire la maison.
Ils ont fait venir un mec spécialisé dans les phénomènes étranges qui est venu avec un pendule et le pendule tournait très rapidement. Alors ils ont creusé a une dizaine de mètres sous terre et ils ont trouvé un crâne humain, ils se sont dit qu'il entait les lieux et que ça s'arrêterais, alors ils sont revenus habiter la maison mais le phénomène continuait.
Donc ils ont mirent la maison en vente et sont partis acheter une autre maison a Amiens. Mais il y a un an un mec qui s'appelait des jardins a racheté cette maison, il a fait venir des scientifiques spécialisé et personne n'a rien trouvé.
Il a démoli la maison pour reconstruire par la suite et a trouvé en creusant pour faire les fondations un énorme trou avec une cinquantaine de corps de soldat allemand de la première guerre mondiale.
Puis il a fait des recherches dans des sites historiques et des batailles ont eut lieu dans le coin et il a trouvé qu'il y avait eut une grande bataille pendant la guerre des tranchées et au lieu de se fatiguer a faire des tombes pour tous les soldats, ils les ont enterré dans leur tranchée.
Maintenant monsieur des jardin a reconstruit depuis et aucun phénomène s'est reproduit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Les Baskets de la mort   Jeu 18 Fév - 18:30



Christophe a 16 ans, et il aime qu'on dise de lui qu'il est une racaille. En vrai, Christophe est un pub ambulante : il a des polos Lacoste, la casquette Lacoste, le pantalon Lacoste, et toujours les dernières Nike. Il est ridicule. Christophe deal du shit pour s'acheter tout cela, mais il ne donne jamais d'argent à ses parents qui triment toute la journée. Au contraire, il leur demande de l'argent. Un jour, au parc de loisir " Le Port aux cerises ", il voit un garçon de son âge qui a des baskets Nike d'importation, un modèle US qui n'existe pas en France, sans doute faite sur mesure et commandé sur Internet. Elle sont rouge-sang et Christophe ne voit qu'elle. Alors, il s'approche du garçon et le frappe violemment par derrière, le ruant sauvagement de coups de pieds jusqu'à ce qu'il ne bouge plus. Christophe le délaisse de ses baskets et, n'y tenant pas, les chausse avant de s'enfuir en courant. Il a l'impression de voler tant elles sont légères à ses pieds. Mais ce dont il ne se doute pas, c'est que des gens ont assisté à la scène depuis un sous-bois et ont appelé la police sur leur portable.

Christophe est repéré sur un quai de la gare de Juvisy. Quand il aperçoit les policiers qui lui courent après, Christophe saute sur les rails pour traverser la voie sans voir qu'un train arrive. Il a juste le temps de rejoindre le quai, mais le RER lui sectionne les jambes à hauteur des chevilles.

Il est emmené d'urgence à l'hôpital de Juvisy, accompagné d'un sac plastique où l'on a mis ses deux pieds coupés, chaussés des Nike rouges de sang qu'il avait convoitées. L'adolescent décède quelques minutes après son arrivée aux urgences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Assasiné par un fantome   Jeu 18 Fév - 18:38

Une jeune dame Allemande était excessivement attachée à son mari, et ils avaient fait le voeu que celui qui mourrait le premier reviendrait après sa mort, voir le survivant. Un jour qu'elle était seule dans sa chambre, elle entendit des pas lourds dans l'escalier. La porte de sa chambre s'ouvrit, le spectre de son mari, le front entaillé par une profonde blessure et dans son uniforme de soldat, entra. Elle fut effrayer par l'apparition, et le fantôme lui dit que, lorsqu'il reviendrait lui rendre visite, elle entendrait chaque fois un glas, puis ces mots seraient murmurés distinctement à son oreille: "Mina je viens." Après des recherches, on trouva que son mari était tombé à la bataille le jour même où elle avait eu la vision. Les relations entre le mort et sa femme continuèrent quelques temps, jusqu'à ce que cette dernière exorcisa toute sa terreur et se livrât à toute l'affection qu'elle avait ressentie pour lui vivant.

Un soir, elle alla au bal et ses sentiments furent occultés par la cour que lui fit un gentilhomme florentin, plus amusant, plus aimable, plus sensuel. lui sembla-t-il, que personne qu'elle eût jamais connu. Comme il la faisait danser, un glas sonna. Mina, perdu dans l'admiration de son cavalier, n'entendit pas le son ou y fut indifférente. Au second coup, plus sourd et plus profond, toute la compagnie fut effrayée; Mina alors entendit la phrase soupirée par le fantôme et, levant les yeux, vit dans le miroir, en face d'elle, le reflet du spectre se tenant debout. elle en mourut de terreur...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: LE CAMPING   Jeu 18 Fév - 18:43

Le shérif du petite ville du sud des États-Unis et son nouvel assistant patrouille par un beau soir d'été. Il découvre en bordure de la ville un jeune couple qui campent dans un endroit interdit. Le shérif s'exclame:" Regarde la bande de jeune ils doivent déjà être en train de s'y mettre. Le jeune assistant demande au shérif: -Que devons-nous faire alors!!! -Pas nous, Elmer, toi, je sais que c'est ton premier jour de travail, mais j'ai confiance en toi, fais exactement ce que je t'ai dit. Sur les encouragements de son patron, le jeune assistant sort de la voiture et pénètre dans la tente, il y trouve un jeune couple en train de faire l'amour. -Ok les jeunes ceci est la fin des festivités, vous campez illégalement dans un endroit interdit, et la fille semble un peu jeune, vous êtes en état d'arrestation. Le jeune demande alors s'il peuvent prendre un arrangement, il dit a l'assistant qu'il pourrait avoir de l'argent de ses parents. -Tu ne pourras pas acheter ta libération... du moins pas avec de l'argent!!! -Il le fait sortir de la tente et reste avec la fille et l'oblige a coucher avec lui s'ils ne veulent pas avoir de problème. Il sort en suite de la tente et dit au shérif -C'est votre tour, ça a marché comme vous me l'aviez dit" -J'espère que tu n'as pas trop fatigué la petite poulette, Elmer!!! Le shérif entre alors dans la tente et trouve une fille en pleure accroupis sur le plancher, il lui dit:" réveilles toi, je vais te faire apprécier ce qu'est l'hospitalité du sud, si tu aime ces petits garçons, image ce que cela sera lorsque tu vas essayer un vrai mâle". Il s'apprête alors a l'enfiler par derrière lorsque celle-ci se retourne, il tombe alors dans les pommes... c'était sa propre fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: le double mystèrieux   Jeu 18 Fév - 18:47

Connu aussi sous son nom germanique de Doppelgänger, le "double" est un phénomène parapsychique particulièrement inquiétant, d'autant qu'une vieille tradition européenne veut qu'apercevoir son propre "reflet" signifie une mort imminente...

Les récits de personnes affirmant avoir rencontré leur double sont généralement traités comme des cas d'hallucination : hallucination qui peut être dangereuse et entraîner des troubles assez graves chez le sujet pour le conduire au suicide. Mais l'inverse se produit aussi : une personne peut n'avoir aucune conscience du double présent à ses côtés, et ce sont les témoignages de l'entourage qui lui font décourir cette présence. Tel est le cas de l'enseignante française Emilie Sagée au milieu du XIX° siècle.

Enigme en Lettonie

En 1845, le directeur d'un institut pour jeunes filles nobles, le pensionnat von Neuwelcke, situé dans l'actuelle Lettonie à environ 60 km de Riga, engage comme professeur de français une jeune femme du nom d'Emilie Sagée, qui dit être née 32 ans plus tôt à Dijon. Le nouvelle préceptrice, d'un tempérament très gai, fait preuve d'un intelligence et d'un sens de l'éducation qui attirent bientôt favorablement l'attention du directeur, Herr Bush. Mais, quelques semaines après son arrivée, des rumeurs commencent à circuler parmi les 42 élèves de l'établissement.
D'étranges phénomènes se produisent en effet : à plusieurs reprises, alors qu'une élève dit avoir vu la préceptrice à un bout du bâtiment, une autre affirme l'avoir croisée au même moment à l'autre extrémité du pensionnat. Au début , les professeurs ne prêtent guère oreille à ces bruits absurdes. Puis l'affaire se complique. Un jour, alors qu'Emilie Sagée est au tableau noir, en train de donner un cours de grammaire à 13 jeunes filles (parmi lesquelles une certaine Julie von Güldenstubbe à qui on doit plus tard le récit du cas), une silhouette apparaît à ses côtés, imitant ses mouvements à la perfection. Le seul détail qui diffère est l'absence de craie dans la main. Le double continue à se manifester au cours des semaines qui suivent (il est également vu par des domestiques) et il adopte progressivement un comportement de plus en plus indépendant. Ainsi, un jour, les 42 élèves sont occupés à des travaux de broderie dans une pièce du rez-de-chausée, sous la suiveillance d'une maîtresse. Par la fenêtre les enfants peuvent apercevoir Emilie Sagée dans le jardin. A un moment donné, leur surveillante s'absente... pour être remplacée par le double, immobile et silencieux. Dehors Emilie Sagée semble subitement avoir des difficultés à se mouvoir. Dans la classe, certaines jeunes filles osent s'approcher et constatent que le double de la préceptrice n'offre qu'une légère résistance aux mains, qui le traversent. Il finit par disparaître.
Tous ces évènements émeuvent, bien sûr, au plus haut point les jeunes pensionnaires et provoquent de nombreux départs. Au bout de dix-huit mois, les parents ayant retiré 30 élèves sur 42 élèves, le directeur prend la décision de se séparer d'Emilie. Celle-ci soupire, avant de partir, que c'est la dix-neuvième fois qu'elle est obligée d'abandonner un post, toujours pour la même raison depuis qu'elle a commencé à donner des cours à l'âge de 16 ans...
Julie von Güldenstubbe reste en contact avec son ancien professeur jusque dans les années 1850. Après quoi, on perd définitivement la trace de celle-ci en Russie, où elle a émigré comme préceptrice au service d'une famille.

De Dijon aux plaines russes...

Trois auteurs étudient et relatent l'histoire d'Emilie Sagée en se fondant sur le témoignage de la baronne Julie von Güldenstubbe, personnage à l'existence indéniable, qu'ils connaissent personnellement et dont garantissent l'intégrité. Ce sont l'écrivain et homme politique américain Roberts Dale Owen, l'astronome français Camille Flammarion et le parapsychologue russe Alexander Akasov. Flammarion essaie, en vain, de retrouver la trace d'une Emilie Sagée qui serait née en 1813 à Dijon. Il découvre, en revanche, une enfant illégitime d'un nom d'Octavie Saget, née le 13 janvier 1813. Emilie et Octavie sont probablement une seule et même personne, la jeune femme ayant choisi de changer de nom pour masquer son illégitimité, chose courante à l'époque. Quant au pensionnat, des recherches modernes n'ont pas permises d'en retrouver la trace, ce qui ne veut rien dire si on tient compte de l'histoire tumulteuse de la Lettonie jusqu'à nos jours.
Le témoignage de Julie von Güldenstubbe laisse supposer une relation "vampirique" entre Emilie Sagée et son double : à chacune des apparitions de celui-ci, en effet, la jeune femme semble être prise d'une fatigue plus ou moins intense, comme si le double la privait de son énergie.
Emilie est, en fait, incapable de voir son double et ne déduit sa présence que du comportement alarmé des gens qui l'entourent et de la faiblesse qui l'envahit. Si cette histoire est vraie, on ne peut qu'avoir pitié d'une femme affligée d'une pareille malédiction...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Faits inexpliques   Jeu 18 Fév - 18:50

flower Un suicide impossible ?

En 1872, le capitaine George Colvocoresses fut trouvé mort dans une rue très fréquentée de Bridgeport (Connecticut), un pistolet et une sacoche auprès de lui. Les policiers crurent d'abord à un meurtre. Mais, en examinant le corps, ils virent qu'aucune balle n'avait traversé la jaquette ni le gilet du capitaine, et que le trou, brûlé par la poudre, de la chemise indiquait qu'on avait dû insérer l'arme sous le gilet avant de tirer. Policiers et journalistes n'arrivaient pas à expliquer pourquoi un meurtrier aurait pris cette peine.
On supposa alors que le capitaine avait lui-même attenté à ses jours, d'autant qu'il avait souscrit, peu de mois auparavant, une assurance-vie de 193 000 dollars. Mais, quand son testament ne révéla que des legs de quelques milliers de dollars, cette hypothèse fut mise en doute.
D'ailleurs, selon le New York Times, Colvocoresses était un homme d'une haute moralité, au passé sans tache, et il était extrêmement improbable qu'il se fût suicidé.

En outre, la thèse du suicide butait contre d'autres difficultés. Pourquoi le capitaine aurait-il glissé le pistolet sous son gilet avant de presser la détente ? Sans doute pas pour éviter de trouer ses habits!

Mais, même s'il voulait environner sa mort de mystère, comment pouvait-il être sûr, s'étant tiré une balle dans le coeur, d'avoir le temps de retirer la main de son gilet avant de mourir ?

Et, s'il n'en avait pas la certitude et désirait cependant déguiser son suicide en meurtre, pourquoi choisir cette méthode ? Enfin, si tel était bien son but, pourquoi choisir de se donner la mort en début de soirée, au moment où la rue était le plus animée? (The New York Times, 1er juillet 1872.)

flower Une drôle de balle

En juillet 1891, Carl Gros fut tué d'une balle, près de Maspeth (Long Island). La balle était entrée dans le corps sans laisser de trou dans les vêtements. (Ch. Fort, le Livre des damnés.)

Cause de la mort indéterminée

En Angleterre, le 16 mars 1901, le Cambridge Daily News annonça la mort de Lavinia Farrar, une femme de soixante-douze ans, d'une situation aisée.
On l'avait trouvée gisant dans sa cuisine, tout habillée, le nez cassé et la face contusionnée.

Près d'elle, un couteau ensanglanté et quelques gouttes de sang. Elle avait reçu un coup de poignard dans le coeur.
Le médecin légiste ne put statuer sur la cause du décès. La défunte avait été effectivement poignardée, mais sans que ses vêtements fussent transpercés par la lame ni souillés de sang, à part la chemise qui était légèrement tachée.

Comme la mort avait dû être presque instantanée, elle n'avait pu se poignarder elle-même, puis s'habiller avant de mourir. De plus, le sang se trouvant sur le couteau et sur le sol ne semblait pas être le sien, car la blessure n'avait « presque pas saigné ». (Charles Fort, le Livre des damnés.)

flower Etrange disparition

Le 28 janvier 1914, à bord du Prinz Heinrich, un navire qui assurait la liaison Marseille-Naples, un passager disparut.
James Regan sembali s'être volatilisé pendant la traversée sans escale.

Mais, le plus étrange est qu'il avait disparu avec ses bagages.

On imagine pas un homme, tomber à la mer, intentionnellement ou non, avec ses valises. On le retrouva jamais et le mystère ne fut jamais élucidé. (Jay Robert Nash : Among the Missing)

flower Le mystère de la pièce close

Isidore Fink fut tué d'un coup de revolver à 22 h 30, le 9 mars 1929, dans l'arrière-salle de la blanchisserie de la 5e Avenue, au 4 de la 132' Rue Est de New York. La police avait été alertée par une voisine, Mrs. Locklan Smith, qui avait entendu des cris et un bruit de lutte. A leur arrivée, les agents trouvèrent verrouillées les portes de la pièce où gisait Fink, et ils ne parvinrent à entrer qu'en y introduisant un petit garçon par une étroite imposte.

Fink avait reçu deux balles dans la poitrine et une dans la main gauche, laquelle était brûlée de poudre. Pas d'arme dans la pièce, mais il y avait de l'argent dans la poche de Fink et dans la caisse.
On crut d'abord que le meurtrier de Fink, qui verrouillait toujours les portes de sa blanchisserie quand il travaillait la nuit, s'était enfui par la fenêtre en imposte. Mais celle-ci était très petite, et pourquoi l'assassin aurait-il grimpé jusqu'à cette ouverture exiguë, au lieu de sortir par la porte?

Cette question demeura sans réponse. Une seconde théorie était que les coups de revolver avaient été tirés de l'extérieur, par l'imposte, mais les brûlures de poudre sur le corps de la victime montraient qu'on avait tiré à bout portant. Plus de deux ans après, l'inspecteur E. P. Mulrooney, de la police de New York, qualifiait ce crime d' « insoluble mystère ». (Charles Fort, le Livre des damnés; The New York Times, 10 mars 1929.)

flower Le meurtre d'Armand Robin

Dans les années 1950, un jeune Breton, Armand Robin, vint à Paris. Il avait un don exceptionnel pour les langues car il en apprit 26. Il composa également de merveilleux poèmes édités aux Editions Gallimard.
D'ailleurs, curieusement les manuscrits ont tous disparus.

Ce jeune homme manifestait également des capacités hors du commun : télépathie, clairvoyance, prédictions...

En 1961, en plein Paris, des policiers se précipitèrent sur lui et le frappèrent à mort. Pourquoi ? Ils furent incapables d'expliquer leur geste.
Armand Robin fut transporté dans un commissariat mais nul ne sembla réaliser qu'il était en train d'agoniser.

Une enquête fut menée mais ne donna aucune réponse. Qui était Armand Robin ? Pourquoi avait-il été tué ? (Jacques Bergier : Visa pour une autre Terre)

flower Etrange serial killer

A partir de janvier 1997, l'Afrique du Sud a été marquée par une série de meurtres atroces. 9 personnes au moins ont été tuées.
Les victimes avaient été vidées de leur sang et leur cerveau avait été retiré.

Le plus étrange réside dans les témoignages. D'après les témoins, la « créature » ressemblait à la fois à un poisson et à un cheval !

7 meurtres ont ainsi été commis dans la région de mont Ayliff et de la rivière Mzintlava. La 9e victime «était une écolière. (Johannesbourg Star, 30 avril 1997)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: la maison aux visages   Jeu 18 Fév - 18:51

Le 23 août 1971, dans le petit village espagnol de Belmez, la famille Pereira vit tranquillement dans sa maison du 5 rue Rodriguez Acosta. Ce jour-là, madame Pereira fait une étrange découverte, un visage humain se forme de façon spontanée sur le sol cimenté de sa cuisine.

Maria Pereira appelle immédiatement son époux ainsi que son fils pour qu'ils puissent eux aussi voir l'apparition. Le fils, Miguel, dit qu'il voit aussi parfaitement un visage d'homme sur le sol de la cuisine, la famille quitte alors immédiatement les lieux prient de peur et en parlent à leurs voisins. Quelques jours plus tard, la famille revient et le fils démoli la plaque de ciment, puis en refait une autre. Une semaine se passe sans nouvel événement. Au bout de cette semaine, le visage réapparaît. La famille va voir le conseil de la ville pour savoir quoi faire. Les autorités locales récupèrent le bloc de ciment. Là commencent des investigations, on sait que la maison a été bâtie sur un ancien cimetière, d'abord romain, puis musulman, et finalement Chrétien. Ils creusèrent le sol pour découvrir plusieurs corps dont deux sans têtes, dont certains d'adolescents datant du 13e siècle. Tous ces corps furent enterrés dans un cimetière catholique. Maintenant croyant que les esprits sont apaisés, ils refermèrent la cuisine, recoururent une dalle de ciment, et la famille revint chez elle.

Hélas de nouveaux visages apparurent peut de temps après, mais cette fois plusieurs, des femmes, des hommes, des enfants... Le fils essaya de les détruire, mais en vain. La population locale croit en une plaisanterie, et la police empêche la famille de rester chez elle pour voir, mais les manifestations continuent...

Début 1972, German de Argumosa and Hans Bender deux paras psychologues se rendent sur les lieux, pour eux, c'est l'événement paranormal le plus important du siècle. Ils arrivèrent sur les lieux et purent, observez des visages, disparaître sur le sol et de nouveaux réapparaissent. Ils ne furent pas les seuls témoins, plusieurs policiers, journalistes et témoins les virent aussi. Ils firent sceller la cuisine, et attendirent 3 mois, pour vérifier si ce n'était pas une plaisanterie, la salle fut divisée en section pour vérifier les variations et l'on prit de nombreuses photos. Les 3 mois passèrent, et en ouvrant on vit que plusieurs visages s'étaient déplacés de nouveau étaient apparu, Des mains et des griffes apparurent aussi. On fit des photos infrarouges, on fit des analyses audio et aux rayons X, on ne vit aucune supercherie. Les deux professeurs amenèrent aussi des appareils d'écoute et entendirent des voix humaines, certains pensent que ces voix viennent de l'extérieur et se répercutent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Une american Hauting   Jeu 18 Fév - 18:52

L’affaire « Bell Witch » où une « entité » a tourmenté toute une famille sur la frontière du Tennessee entre les années 1817 et 1821 est assurément différente de toutes les histoires fantastiques dont les américains sont si friands. Jamais aucune n’a été justifiée par autant de comptes-rendus, de déclarations sous serment, et de manuscrits de témoins oculaires. Le Dr. Nandor Fodor, remarquable chercheur et psychologue, l’a ainsi qualifiée comme étant « la plus grande histoire de fantôme de l'histoire américaine. »
C’est tout au début du 19e siècle que John Bell déménage avec sa famille de la Caroline du Nord pour s’installer dans la plaine de la Red River dans le comté de Robertson, (Tennessee) où il avait acquis des terres. Très vite il devient membre à part entière de la communauté qui allait devenir plus tard la ville de Adams. Un jour de 1817, alors que John inspectait son champ de maïs, il aperçut un animal étrange dans une rangée de plants. Choqué par l'aspect de cette créature, Bell épaule son fusil et tire plusieurs fois en vain. L'animal disparaît. Bell oublie l'incident mais après le dîner des coups sourds se font entendre, comme si on frappait les murs de la maison. Le cauchemar commençait. Ces bruits mystérieux ont continué avec une force accrue chaque nuit. Bell et ses fils se ruaient à l’extérieur pour attraper le coupable mais chaque fois en vain. Plus tard, les enfants effrayés voyaient leurs oreillers jetés en l'air et frappés sur le plancher par une force apparemment invisible. Puis la famille Bell a commencé à entendre des voix faibles et chuchotantes. Au cours de l’année suivante, la plus jeune des filles s’est vue tirer les cheveux et giflée, gardant sur son corps les marques de ces sévices. John Bell fit part de ces évènements à son voisin et ami James Johnston.
Johnston et son épouse passèrent la nuit à la maison des Bell, où ils furent confrontés aux mêmes phénomènes terrifiants.
La nouvelle qui rapidement s’étend dans tout l’état, arrive aux oreilles du général Andrew Jackson sous les ordres duquel les enfants de John Bell, John Jr. et Jesse avaient combattu. Le Général Jackson décide de faire le voyage. Lorsqu’il arrive en vue de la propriété, le chariot conduit par ses hommes s’arrête. Impossible de faire avancer les chevaux. La voix de la « Sorcière de Bell » se fait alors entendre et avertit la troupe qu’elle leur rendrait visite plus tard. Le lendemain le général quittait les lieux. Des années plus tard il devait déclarer : « je combattrais l'armée britannique entière plutôt que d’avoir affaire encore avec la sorcière de Bell. » Jackson devait par la suite être élu 7e président des Etats-Unis d’Amérique.
L’histoire ne s’arrête pas là… des évènements plus tragiques encore allaient bientôt se produire. On dit qu’aujourd’hui encore, lors de nuits pluvieuses, on entend des voix dans la ville d’Adams. On peut y voir encore la tombe de John Bell. Mais la pierre devant laquelle on peut se recueillir n’est pas celle d’origine. Celle-ci fut volée dans les années 40. Le garçon, auteur du vol devait décéder quelques jours plus tard…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Le Presbytère de Borley   Jeu 18 Fév - 18:56



Le cas du presbytère de Borley est particulièrement intéressant pour qui veut s'adonner à l'étude ou à la chasse des fantômes car il constitue une référence de tout premier choix, que ce soit au niveau de la multiplicité des phénomènes et de leur nombre (plus de 2000 ont été répertoriés!), celui des antécédents (voir plus bas) difficilement plus évocateurs, la médiatisation de l'événement, les "preuves qui en ont été tirées", les rebondissements de l'affaire, l'intervention de Harry Price, chasseur de fantômes notoire et, sa conclusion. Le presbytère de Borley est, de nos jours encore, considéré comme le lieu le plus hanté d'Angleterre et peut-être même du monde. Ce n'est pas peu dire!

Situé dans l'Essex, près de la rivière Stour, le presbytère de Borley est un bâtiment assez récent puisqu'il a été construit en 1863 par le révérend Henry Bull. Toutefois, le site sur lequel il fut érigé date, lui, du moyen âge. Il exista là un prieuré que l'on suppose cistercien, ce dont on est certain en revanche, c'est qu'un trésor s'y trouve toujours (à défaut de fantômes, il y a donc de quoi faire...) Il faut noter à ce propos que, contre toute attente, lors de la dissolution des monastères, les biens ne furent pas confisqués mais soigneusement cachés par le prieur et ses moines.

Avant même de parler du presbytère, on signale déjà une hantise sur le site de ce dernier. L'histoire des lieux est extrêmement riche en drames, meurtres, empoisonnements, et autres "amusettes et joyeusetés"...Ainsi par exemple, on dit qu'une novice du couvent de Bures et un jeune moine du Prieuré de Borley tombèrent amoureux. Ils furent surpris alors qu'ils s'échappaient dans une charrette. Le jeune moine fut puni de mort et la jeune nonne fut condamnée a être emmurée vivante dans la crypte sous le prieuré. Bref, on s'amusait bien, à l'époque!

La suite des événements n'allait pas être triste non plus. Le 16 Octobre 1930, le révérend Lionel Foyster et sa femme Marianne, emménagèrent au presbytère. Leur séjour ne fut pas de très longue durée puisqu'ils le quittèrent cinq ans plus tard, probablement lassés par les manifestations paranormales qui s'y seraient déroulées. Par la suite, Marianne raconta que de nombreux événements auraient pu être expliqués de façon rationnelle mais elle fut incapable de les expliquer tous. Par exemple, des inscrptions sur les murs ne reçurent aucune explication.

Le presbytère avait depuis longtemps acquis sa sinistre réputation lorsqu'il connut des derniers locataires, lesquels se caractérisaient par leur scepticisme à toute épreuve. Le capitaine William Gregson et les siens durent pourtant bien changer d'avis.

Le presbytère de Borley fut la proie des flammes pendant la nuit du 27 au 28 Février 1939. Nullement décontenancés pour autant, les fantômes se seraient manifestés en face de la route, dans l'église de Borley où ils ne semblaient donc pas non plus découragés par la vocation de l'édifice.

Plusieurs personnes prirent des photos parfois très énigmatiques de certaines apparitions. Il s'agit de la photo de "la brique flottante" qui aurait en fait été portée par un esprit aux dires d'observateurs nantis d'une meilleure vue, ou celle du vieil homme voûté, mais il est difficile de se prononcer au vu de la qualité des clichés. Il existe cependant des éléments beaucoup plus récents: David Bamber prit une photo en 1995 semblant montrer Harry Price par-dessus une pierre tombale. Si on regarde de près. Il revint en 1999, avec une photo de ce qui pouvait passer pour une silhouette dans les arbres. Le photographe Dick Gee ne peut pas expliquer comment il se fait qu'une photo qu'il a prise dans l'église présente une sorte de "brouillard" en son milieu.

Mais l'étude du presbytère de Borley ne se limite pas à cela. Les trouvailles historiques deviennent de plus en plus intéressantes: ainsi, on remarque non seulement que les lieux ne sont pas hantés par un seul fantôme mais plusieurs, dont celui de son premier vicaire, le révérend Henry Bull. Un soir, peu après y avoir aménagé, l'un des enfants du révérend est giflé au visage par une main invisible. Un autre enfant dira avoir vu un homme habillé «à l'ancienne» qui se tenait debout près de son lit. On y signale aussi un attelage que l'on entend galoper dans l'allée (la charrette de la nonne et de son parti?). Les circonstances même de l'incendie su presbytère sont elles aussi mystérieuses et ne seront d'ailleurs jamais expliquées. Dans les ruines de l'incendie, on retrouva un squelette de femme enterré dans la cave. Celui de la religieuse assassinée ?
Mais ce n'est pas encore tout: poltergeist; portes arrachées, volets brisées, lueurs étranges, sons terrifiants, pluies de pierres, déplacements inexplicables des meubles, etc... à défaut de saut à l'élastique, le touriste y trouvera donc tout ce qu'il faut pour faire son bonheur pourvu qu'il soit amateur de sensations fortes.
Harry Price, le célèbre chasseur de fantômes qui avait démasqué tant de faux médiums, élucidé tant de fausses hantises, a aussi offert son propre témoignage, étayé de minutieuses constatations. Pour l'occasion, un appareillage moderne avait été employé: enregistreurs caméras, circuit infra-rouge. Pour lui qui était donc un éminent spécialiste de la question (son étude fit d'ailleurs l'objet d'un film: "Qui hante le presbytère de Borley?") il n'y avait pas à tergiverser: les lieux étaient bel et bien hantés et constituaient même l'une des plus évidentes preuves de l'existence des fantômes.
Peut-être pour alimenter la controverse, on accusa Harry Price d'avoir amplifié les événements insolites du presbytère. L'affaire rebondit en 1958 avec les révélations de Marianne Foyster, qui confia à des chercheurs que toutes ces manifestations n'étaient qu'une mise en scène. C'est elle et son défunt époux qui, disait-t-elle alors, étaient derrière chaque coup frappé à Borley. Le commun des mortels croit alors être rasséréné: mais non! voyons! Les fantômes n'existent pas! On vous l'avait bien dit...
Seulement, les Foyster n'étaient pas encore sur place, ni même seulement au monde alors que les lieux étaient déjà réputés hantés. Ils n'ont pas pu expliquer eux-mêmes tous les phénomènes. Avant même la construction du presbytère, un sentier menant à l'église était connu sous le nom du «sentier de la nonne», à cause justement du fantôme d'une religieuse qui y avait maintes fois été aperçu.
Et puis... il reste que, de nos jours encore, l'église de Borley est le théâtre de manifestations étranges. C'est du moins ce que l'on dit.

Nous avons effectué quelques recherches et notamment trouvé une liste des fantômes possibles au presbytère. Vous trouverez ci-dessous une liste des noms ou rôles de personnes ayant connu une fin tragique (traduit de l'anglais, il peut subsister certaines approximations ou erreurs):

1. La nonne - emmurée vivante
2. Le moine - pendu ou décapité
3-4. un ou deux cochers - pendus ou décapités
5. Simon de Sudbury - décapité le 14 juin 1381
6. Sir Edward Waldegrave - mort, Tour de Londres, 1 Septembre 1561
7. John Deeks - très désagréable ministère de 1642-60
8. Cavalier loyaliste - échappé de la bataille de Borley, il fut trouvé et tué.
9. Prêtre catholique (Dominic ou Enoch) - crucifié
10. sa "compagne", une nonne - assassinée
11. Marie Lairre - étranglée par Charles Waldegrave, 17 Mai 1667
12. Arabella Waldegrave - assassinée par sa mère, Henrietta 1697
13. Henrietta Waldegrave - assassinée par Nicholas Waldegrave, 1730
14. "Cris perçants de fille" - défenestrée de la chambre bleue
15-16. deux cochers - exécutés pour meurtre
17. Katie Boreham - étranglée par Harry E. 1888
18. Harry Bull empoisonnée par sa femme, Ivy.
19. Lionel Foyster - empoisonné
20. Harry Price - diffamé.

NB: La voyante Lilian Bailey a reçu un message de Harry Price après sa mort. Il disait: "Le presbytère est vraiment hanté, Borley le prouvera de lui-même et je serai vengé, même si pour ce faire, je dois y revenir et m'y manifester moi-même..."
Malheureusement, cette dernière phrase peut également s'interpréter de deux manières fondamentalement différentes:
L'interprétation fantastique:
En dénigrant Price, on lui a donné une "raison" de se transformer en fantôme après sa mort. En effet, il est mort en conservant une rancune tenace vis-à-vis de l'opprobre qu'on lui a causé (sous-entendu, ce qu'il disait était vrai et le presbytère était donc bel et bien hanté. De toute façon, dans le cas contraire, s'il ne l'était pas, maintenant, il le sera!
L'interprétation rationnelle:
Harry Price était certes convaincu que le presbytère était hanté. Il l'était d'autant plus qu'il voulait y croire. Ce n'était donc qu'une forme d'auto-persuasion qu'il a essayé de communiquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: L'opera hanté   Jeu 18 Fév - 18:58




Fairmount, Indianapolis - Un groupe d'étudiants qui utilisaient un bâtiment vieux de 120 ans pour des répétitions théâtrales a été témoin d'évènements paranormaux qui les pousses à croire à l'existence d'un fantôme en ces lieux.

Il y a un an, peu de temps après que les étudiants aient commencé à répéter dans l'opéra de Scott, les histoires de fantôme ont commencé, a indiqué Judy Cowling, présidente de « Historic Fairmount »

Il y avait des bruits bizarres, les lumières s'éteignaient sans raison et les objets se déplaçaient d'un endroit à l'autre. Un jeune a même affirmé avoir aperçu le visage d'un homme barbu. Cowling, dont le groupe possède le bâtiment et espère le rénover, ne croit pas que le bâtiment est hanté : "je suis très sceptique" a t-elle avoué.

Pour prouver son point de vue, Cowling a décidé de passer une soirée avec les étudiants dans la vieille bâtisse, qui a été construite en 1884 dans une ville à environ 100 kilomètres au Nord-Est d'Indianapolis. Cette nuit là, alors qu'elle entrait dans une chambre, la porte s'est brusquement refermée derrière elle, l'empêchant de sortir de la pièce.

En mars les rumeurs circulant sur l'opéra ont attiré des traqueurs de fantômes arrivant d'Indiana. Après avoir installé leur équipement sur les lieux, ils ont vérifié les changements des champs électromagnétiques qui d'après eux pourraient indiquer la présence de spectres. Ils ont également pris des photos pour tenter de capturer des images invisibles à l'œil humain. Aucun fantôme n'a été vu, mais de nombreux spectateurs curieux ont assisté à l'investigation.

Cowling a indiqué que le groupe de chasseurs de fantômes d'Indianapolis projette sa propre recherche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: l'eoole des Fantomes   Jeu 18 Fév - 18:59

Le château de Muncaster, le plus célèbre château hanté d'Angleterre, va devenir la première école de fantômes du pays ! Des cours de sensibilisation aux phénomènes paranormaux seront prodigués par un éminent psychologue-neurologue.


Créé le 24 janvier 2006
Mis à jour le 24 janvier 2006 à 10h51

Après l'école des sorciers, l'école des fantômes ! Pour les amateurs de spectres, vampires et autres goules décidés à approfondir leurs connaissances, le château de Muncaster, l'une des plus fameuses maisons hantées d'Angleterre, s'apprête à devenir la première école de fantômes du pays.

Réputé glacer le sang des visiteurs avec ses apparitions fréquentes de visiteurs venus de l'au-delà, le château de Muncaster est un édifice majestueux de quelque 800 ans, situé dans la région des lacs, au nord-ouest de l'Angleterre. Le bâtiment est célèbre pour sa "dame blanche", le fantôme d'une jeune femme, Mary Bragg, assassinée devant les grilles du château au XIXe siècle, qui errerait aussi régulièrement dans les jardins ou le long des routes avoisinantes.

C'est le lieu qu'a choisi Jason Braithwaite, psychologue cognitif et neurologue à l'université de Birmingham, pour donner des cours de sensibilisation aux phénomènes paranormaux. Malgré les apparences, cette école est en réalité une expérience tout à fait sérieuse. Lui même très sceptique quant à la réalité de ces phénomènes, Jason Braithwaite veut donner les outils scientifiques à ses élèves, pour qu'ils puissent tester eux-mêmes leurs croyances. "Je ne dis pas que je peux expliquer ces phénomènes, mais je dis que vous aurez les outils mentaux nécessaires pour les examiner de façon rationnelle et sensée".

"Des phénomènes physiques et non paranormaux"

Selon Jason Braithwaite, les bruits et autres visions attachées à ce château seraient en fait dus à des phénomènes physiques naturels propres au site comme des champs magnétiques. Selon lui, les personnes dotées de cerveaux "moins inhibés", comme les patients souffrant de violentes migraines ou d'épilepsie, seraient plus susceptibles de réagir à ces champs de haute énergie magnétique, quelle que soit leur intelligence ou leur éducation. "Les gens entendent des choses, voient des choses, ressentent des choses, alors qu'est-ce que c'est ? Pouvons nous explique


r cela psychologiquement ou en termes de fonctionnement du cerveau? Le but est de faire un réel travail scientifique, de faire la vérité sur pourquoi tant de personnes voient ou croient voir des fantômes dans ce château", insiste Jason Braithwaite.

Les cours du professeur Braithwaite débuteront en mars. Ils seront facturés 120 livres (176 euros) pour deux jours, avec une nuit sur place. Ils ont reçu l'aval de la famille Pennington qui vit au château depuis au moins huit siècles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Dreamangel
Admin
avatar

Messages : 1774
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 46
Localisation : A l'aube d'une transformation, une nouvelle Ere, un commencement...

MessageSujet: Histoire vrai   Jeu 18 Fév - 19:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamangel29.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Légendes Urbaines....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Légendes Urbaines....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Hoax, canular, rumeur et légendes urbaines.
» Légendes urbaines d'inventeurs de langues
» Atlas occulte de paris
» Le suicide
» [Légende célèbre] L'île de l'Atlantide ou l'Atlantis (1/2).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DREAMANGEL - AU PAYS DE L'ESPOIR :: Lectures du net....-
Sauter vers: